samedi 28 novembre 2015

Didier Leplat, « un type sérieusement allumé » !

Né en 1952, Didier Leplat attrape le virus de la photographie dès l’âge de 10 ans. Les symptômes sont gravissimes, puisqu’on le surprend à réaliser ses propres appareils photo, dans les pas de son père inventeur. À l’âge de 22 ans, en 1974, il crée son premier studio photo après une première exposition à Dreux.




Le goût de l’innovation et de l’avant-garde le poursuit : membre fondateur du collectif Graphic systhem, il organise des « expositions d’un autre monde » jusqu’en 1982. En 1986, nouvelle rechute : Didier Leplat découvre l’image de synthèse aux Arts déco. Un nouveau souffle pour son approche graphique très personnelle, qui manie les formes, les couleurs, les volumes, les contrastes, et les marie à l’humour et à la poésie avec amour et tendresse.



En 1989, Didier Leplat crée sa propre agence de communication, qui deviendra 7 ans plus tard le studio graphique Souris verte. Studio graphique au sens large, qui ne fait pas mystère de ses ambitions dans le domaine de l’image et la photo. Parallèlement aux « univers virtuels », apparus dès 2002, plusieurs projets graphiques sont en marche, qui mêlent, comme toujours, poésie et invention.



Didier Leplat est aussi le créateur et l’organisateur du festival Photo-graphie au Château de la Loupe, dont la huitième édition s’est déroulée fin septembre / début octobre. Regarder plus loin que ne le montre d’ordinaire le support photographique, voir plus loin, s’évader, tel est le thème de ces rencontres.





vendredi 27 novembre 2015

Didier Leplat et Gilles Vautier jusqu'au 19 février 2016 !

Pour la deuxième fois depuis l'ouverture de l'espace 72, deux photographes exposeront en même temps jusqu'au 19 février 2016. Didier Leplat et Gilles Vautier.

Gilles Vautier

Né en 1962, Gilles Vautier grandit avec un père journaliste au Canard Enchaîné et se retrouve vite confronté au monde de l’écriture et de la politique. Après des études américaines pour faire plaisir à ses parents, il s’engage dans le monde de la finance internationale. Au bout de deux ans, il change complètement de voie et choisit l’humour.

Bagel Chef


Gilles Vautier entre dans le monde de la télévision, et pendant huit ans, il sera la voix et l’humour de l’extra-terrestre Bill, du BigDil. Toutes bonnes choses ayant une fin, il arrêtera sa collaboration artistique d’alors avec Jean-Luc Reichmann pour se consacrer pleinement à sa passion de toujours : la photographie.


Les femmes de ma vie


En 2011, Gilles Vautier crée « par hasard » une nouvelle forme de portrait : les Myself. Mélange décalé et fun, toujours esthétique et beau, les Myself se veulent une version inédite de sa propre vision. Il y a souvent plusieurs lectures, rendues obligatoires par le foisonnement de détails et de codes que l’artiste cache dans les Myself.

Gilles du Harry's bar

C’est sa compagne qui le pousse à continuer le jour où elle tombe sur Myself : celui qui regarde Emmanuel. Gilles Vautier ajoute : « S’il est un principe que tout photographe se devrait de respecter, c’est d’écouter les femmes. Notre rayon, c’est de prendre une photo. Le leur, c’est de savoir où les accrocher. Une femme peut convaincre son mari d’investir dans une photo. Si j’ai vu l’inverse, je ne me rappelle pas quand. Les femmes sont les tôlières de la décoration et du bon goût. Faire des photos qui plaisent aux femmes peut aider à une réussite financière dans ce difficile métier. C’est mon point de vue. »

Celui qui a deux Bentley 


Les Myself deviennent alors des travaux de commande et tout à chacun peut avoir son portrait version Myself à accrocher au dessus de la cheminée ou pas !

So, Be Myself, people will love you anyway.